3 – Gardez une répétition en réserve Les anglo-saxons appellent cela « to leave one rep in the tank ». Garder une répétition en réserve sur chaque série évite de surcharger le Système Nerveux Central. Aller à l’échec musculaire – « Failure » pour les fans de Flex Magazine – à la manière d’un bodybuilder est donc déconseillé en matière de développement de la force maximale. Bien sûr, ce n’est pas une...
Les deux points précédents m’amènent à parler de la table de Berger. Cette table permet de connaître en théorie le nombre de répétitions que vous pouvez effectuer à un certain % de 1RM. Bien sûr votre myotypologie (% de fibres I, IIa, IIx) et votre expérience de l’entraînement sont des facteurs qui peuvent influencer le nombre de répétitions, mais en général c’est un indicateur fiable....
Quand je parle de 25 répétitions je parle de celles comprises dans la fourchette 85-100% (celle des efforts maximaux), les exercices d’assistance qui suivent l’exercice de base ne sont pas travaillés sur des intensités aussi élevées, en général c’est la méthode des « Efforts répétés » qui est utilisée. Le travail de force maximale devant rester dans la filière anaérobie alactique, dépasser les 25 répétitions à haute...
Ici encore, la physiologie de l’exercice nous est d’une aide précieuse. Le substrat énergétique utilisé par la filière anaérobie alactique est l’ATP-Cp, celui-ci est épuisé en totalité au bout de 15 à 20 secondes d’effort à intensité très élevée. Le délai de restauration est de plusieurs minutes : 3 à 5 minutes selon les études. Le système nerveux met un peu plus de temps à...
UA-73381299-1