Entrainement bras de fer- Le Mental: La Motivation. art. 2

La Motivation

Cela faisait longtemps que je cherchai un livre sur la motivation dans le sport et je suis finalement arrivé à en trouver un.

En voici un résumé:

Comprendre la motivation

 

La motivation est l’une des principales clés du mental du sportif puisqu’elle conditionne à la fois son investissement et sa persévérance.
Étudier la motivation c’est tenter de comprendre :
Pourquoi un sportif s’engage dans une activité et pourquoi il l’abandonne.
Pourquoi certains sportifs s’investissent plus que d’autres.
Comment renforcer et maintenir cet investissement sur le long terme.

Derrière ces questions essentielles se cache un phénomène complexe, pas toujours facile à appréhender. Pour répondre à ces questions, nous allons d’abord répertorier les différents éléments qui peuvent pousser un sportif à s’engager dans une activité puis nous étudierons quelques pistes pour renforcer la motivation.

Les déterminants de la motivation

 

Chaque sportif peut avoir des raisons très différentes pour s’investir dans une activité. Voici un répertoire des différentes motivations possibles:

Des facteurs internes

On les appelle motivations intrinsèques, ce sont les motivations qui sont liées à l’activité elle-même, au plaisir ou à la satisfaction que l’on ressent grâce à sa pratique.

On peut distinguer 3 grandes sources de motivations intrinsèques :
Les sensations : la sensation de glisser dans l’eau, le fait de se détendre ou de se dépenser grâce à la séance sportive;
La connaissance : le fait d’apprendre, de maîtriser des techniques ou de progresser dans la maîtrise de ces techniques;
L’accomplissement : la satisfaction de repousser ses limites, d’atteindre ses objectifs.

Des facteurs externes

Ce sont les motivations extrinsèques, elles correspondent à un engagement non pas pour l’activité elle-même mais pour ses conséquences. Le sport n’est alors plus une fin en soi mais un moyen d’obtenir quelque chose. On retrouve dans ces motivations externes :
Les récompenses : médailles, cadeaux, gains financiers;
L’approbation sociale : essayer d’obtenir l’admiration des autres, la reconnaissance;
La comparaison sociale ou l’hyper compétitivité : chercher à battre les autres à tout prix pour prouver sa valeur, vouloir apparaître comme le meilleur.

L’interaction des différents facteurs

Généralement, nos actes sont motivés de différentes façons. Un sportif pourra par exemple éprouver du plaisir à s’entraîner et à progresser (motivation intrinsèque) mais être également intéressé par les récompenses qu’il pourrait recevoir selon ses résultats (motivation extrinsèque). Les différents types de motivations peuvent donc cohabiter. L’expérience de terrain semble même montrer qu’il est souhaitable de disposer de différentes sources de motivations qui pourront en quelque sorte se relayer pour soutenir l’intensité de l’engagement du sportif.

” La motivation intrinsèque est plus stable et plus durable “

Les travaux de nombreux chercheurs montrent cependant que la motivation intrinsèque est plus stable et plus durable. Un sportif uniquement motivé de façon extrinsèque est souvent moins persévérant. Il paraît donc indispensable que la motivation soit, au moins en partie, intrinsèque pour que le sportif persévère dans une activité.

Mais le plus souvent lorsque l’on veut renforcer la motivation, les principales idées qui viennent à l’esprit concernent la motivation extrinsèque. Beaucoup de parents mettent par exemple en place un système de récompense en fonction des résultats de leur enfant. La motivation intrinsèque est plus difficile à renforcer et elle est malheureusement souvent oubliée. Ce sera donc l’objet de la deuxième partie de cet article.

Comment renforcer la motivation intrinsèque

 

Le plaisir de l’activité

Le plaisir devrait toujours rester au centre de l’activité. C’est généralement le cas lorsque l’on débute un sport. Mais par la suite, la recherche de performances ou la monotonie relègue parfois le plaisir au second plan.

La monotonie peut pourtant être évitée en diversifiant son entraînement, en réalisant des séries variées ou en utilisant différents matériels. Essayer souvent de nouvelles choses est un bon outil pour garder le plaisir de s’entrainer.

Il faut également se fixer des objectifs lors de chaque entraînement. S’entrainer sans but n’est pas très agréable. Les objectifs dans un entraînement peuvent être multiples : rapidité d’exécution, augmenter le nombre des répétitions avec le même poids, maîtriser l”exécution d’un style d’attaque, atteindre son RM…etc. Si la difficulté de cet objectif est bien dosée, le sportif aura plaisir à l’atteindre.

Exemples d’applications pratiques :
Créer des entraînements utilisant les différentes formes de séries (pyramide, double pyramide, séries bulgares, …);
Essayer plusieurs méthodes d’entrainement (concentriques,isométriques, pliométrique ou alternée);
De temps en temps, pratiquer une activité qui sort de l’ordinaire (course à vélo, marche rapide, natation …).

Développer le sentiment de compétence

Le besoin de se sentir compétent est un besoin essentiel qui participe à la construction de l’estime de soi. Spontanément, nous avons tendance à évaluer cette compétence par comparaison avec les autres pratiquants. Pour développer une véritable motivation intrinsèque, il faudra au contraire tenter de prendre davantage en compte ses progrès personnels. Prendre conscience de ses progrès dans chacun des domaines de la performance : techniques, physiques et parfois également mentaux (une meilleure gestion du stress par exemple) permet de prendre confiance en soi et a un effet motivant important.

Exemples d’applications pratiques :
Faire un bilan après chaque compétition mettant en lumière à la fois les points positifs et négatifs des matchs effectués;
Effectuer le même type de bilan à la fin de chaque semaine ou de chaque mois d’entraînement;
Imaginer des stratégies ou des outils pour corriger les points négatifs;
Tenir un carnet d’entraînement pour consigner et visualiser ses progrès.

Renforcer le sentiment d’autonomie

Pour qu’un sportif développe une motivation personnelle, il doit se sentir maître de son comportement. Ceci correspond à la satisfaction d’un besoin fondamental, celui de se sentir acteur, d’être responsable de ses performances et non d’être un simple pion contrôlé par d’autres.

L’activité sportive doit devenir un projet personnel du sportif. Celui-ci doit pouvoir s’approprier totalement les réussites liées à ce projet. Ceci est généralement le cas pour les ferriste adultes mais c’est un point important pour l’entourage d’un jeune ferriste qui doit prendre garde à ne pas transférer sur lui ses propres motivations.

Exemples d’applications pratiques :
Aider le jeune nageur à définir ses objectifs et non les définir à sa place;
Sur certains entraînements, laisser le choix entre plusieurs exercices / séries;
Encourager les jeunes ferristes à prendre des responsabilités au sein de leur club.

En bref :

La motivation est multiple, elle dépend à la fois de facteurs internes et externes;
Pour que la motivation soit durable, il est essentiel qu’elle ne dépende pas uniquement de facteurs externes (motivation extrinsèque);
En valorisant le plaisir du bras-de-fer, le sentiment de compétence grâce à ses propres progrès et le sentiment d’autonomie, on peut accroître la motivation intrinsèque.

Résumé du livre “Natation – Méthode d’entrainement pour tous”

Adaptation: Ciprian VALEAN

Publié le : 23 octobre 2015 à 22 h 31 min

Ancien

Commentaires

Commentaires

Étiquettes : , , , , , ,

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 More posts in Entrainement category
Recommended for you
Entrainement - Bras de fer
Entrainement de bras de fer – Article 1 – Généralités

Le bras-de-fer est un sport ! Et comme tout sport il faut avoir de la...

UA-73381299-1